A.N.T.

Association Nationale des Turfistes

Association Loi 1901 - J.O du 13 mars 1996

Mars 2016   
Lettre aux adhérents
n° 45
7.55 MB
Lettre_45.doc
Avril 2016
Lettre aux adhérents n° 46
36 KB
Lettre_46.doc
Mars 2014
Lettre aux adhérents
n°41
2.03 MB
ANT_Lettre_adherents_Mars_2014_n_41.pdf
Février 2015
Lettre 
aux adhérents 
n° 43
2.27 MB
Lettre_43.pdf
Mai 2015
Lettre 
aux adhérents
n° 44
1.04 MB
Lettre_44.pdf
Mai 2014 
Lettre aux adhérents
 n°42
440 KB
ANT_Lettre_adherents_Mai_2014_n_42.pdf

             L'ACTUALITE

           DES COURSES 

 

         VUE PAR L'A.N.T.

Mai 2016
Lettre aux adhérents n° 47
849 KB
Lettre_47.doc
Septembre 2016
Lettre aux 
Adhérents 
n° 49
2.47 MB
Lettre_49_PDF.pdf
Lettre 48
1.48 MB
Lettre_48.doc
Janvier 2017
Lettre aux Adhérents n° 51
4.85 MB
Lettre_51_pdf.pdf
Novembre 2016 
Lettre aux 
Adhérents 
n° 50
1.7 MB
Lettre_50_pdf.pdf
Mai 2017
Lettre aux
Adhérents 
n° 53
3.52 MB
Lettre_53_pdf.pdf
Septembre 2017
Lettre aux Adhérents n° 55
1.24 MB
Lettre_55_pdf.pdf
Mars 2017
Lettre aux 
Adhérents
n° 52
3.35 MB
Lettre_52_pdf.pdf
Juillet 2017
Lettre aux Adhérents n° 54
1.11 MB
Lettre_54_pdf.pdf

 Mai 2016

Lettre aux

adhérents

   n° 47

Juillet 2016  Lettre aux

 adhérents 

     n° 48

  Mai 2017

Lettre aux

Adhérents

   n° 53

Lettre 58 pdf
2.42 MB
Lettre_58_pdf.pdf
Lettre 57 pdf
1.7 MB
Lettre_57_pdf.pdf
Novembre 2017 Lettre aux Adhérents n° 56
526 KB
Lettre_56_pdf.pdf
Lettre 61 pdf
1.83 MB
Lettre_61_pdf.pdf
Lettre 60 pdf
1.98 MB
Lettre_60_pdf.pdf
Lettre 59 pdf
3.02 MB
Lettre_59_pdf.pdf

    Mars 2018

   Lettre aux         Adhérents

        n° 58

     Mai 2018

    Lettre aux          Adhérents

       n° 59

     Juillet 2018

    Lettre aux          Adhérents

       n° 60

Janvier 2018

Lettre aux Adhérents

n° 57

Septembre 2018

Lettre aux Adhérents

 n° 61

LA SITUATION DES COURSES AU 25.07.2015

07/28/2015

    Patrick Lanabère nous offre, en une page, dans son éditorial du Veinard de ce samedi, un excellent résumé de la situation actuelle des courses. Elle est très mauvaise, souffrant particulièrement de deux maux : 

1  Le PMU plonge 

2   Le nombre de partants diminue.

 

1  Le PMU plonge

 

   Patrick Lanabère présente un résumé limpide des chiffres de l'ARJEL, bien sûr ils ne concernent que les paris en ligne, mais ils sont très symptomatiques. On peut résumer la situation en deux mots : les enjeux hippiques baissent, les enjeux sportifs augmentent.

 

   Ajoutons quelques remarques au nom de l'ANT :

 

a) Le PMU a toujours invoqué la crise pour justifier la baisse des enjeux depuis environ deux ans. Cet argument est totalement fallacieux puisque les paris sportifs continuent d'augmenter et le chiffre d'affaires de la Française des Jeux a continué de beaucoup progresser.

 

b) Concernant la hausse du chiffe d'affaires des paris sportifs et la baisse de celui des paris hippiques l'année dernière, la direction du PMU les justifiait par la présence de la Coupe du Monde de football (2014). Cet argument se révèle totalement fallacieux puisque cette année les paris sportifs continuent d'augmenter et les paris hippiques continuent de baisser sans la concurrence de la Coupe du Monde de football.

 

c) Plus que jamais la décision prise il y a cinq ans par les dirigeants des courses de suivre les conseils de la direction du PMU et de se lancer dans les paris sportifs semble avoir été une grave erreur dont on ne mesure pas encore toutes les conséquences. Le PMU n'a jamais voulu comprendre que le portefeuille des turfistes n'est pas extensible à l'infini, et qu'en conséquence chaque euro qu'un turfiste va aller jouer sur le sport est un euro de moins qu'il jouera sur l'hippisme. Sourd  à de telles évidences, le PMU continue de consacrer des sommes disproportionnées à la promotion des paris sportifs. Son service commercial continue, chaque semaine, de prendre le risque de nous détourner des paris hippiques en nous incitant à engager des paris sur le football ou sur le poker. Le PMU refuse de comprendre que, en termes de budget pour le joueur, le football est l'ennemi des courses, et qu'en faisant la promotion des paris sur le football on fait un mauvais calcul puisqu'on réduit d'autant la promotion des courses. Le PMU, que des millions de Français assimilaient depuis des décennies au "petit cheval", est en train de perdre son identité, et risque de noyer, à terme, le pari hippique dans la masse des paris sportifs.

 

2   Le nombre de partants diminue

 

   Comme l'indique Patrick, on est de plus en plus souvent obligé d'abandonner la belle épreuve prévue comme support du quinté et de se rabattre sur une épreuve moins intéressante parce que plus fournie en partants. Ainsi, en plat, la diminution du nombre de partants par course cette année est de 4 %. C'est énorme, et c'est le début d'une spirale infernale : le nombre de partants diminue, donc le chiffre des enjeux baisse, donc le retour à la filière diminue, donc les propriétaires réduisent leurs investissements, donc le nombre des partants par course diminue...

   Que faut-il faire face à cette diminution du nombre de partants par course ?

   Sur le long terme, il faut bien sûr infléchir les stratégies en place, c'est tout l'objet du débat actuel.

   A court terme, il faut tout de suite prendre certaines décisions. Mais ce n'est pas facile, car les intérêts des deux principaux piliers des courses peuvent diverger. France Galop songe à supprimer environ 350 courses PMH, parce que ces courses coûtent cher à organiser et rapportent très peu en termes de paris, et pour que toutes les autres courses reçoivent un peu plus de partants par contrecoup. Ces deux arguments sont très solides. Mais il faut voir aussi que ces mesures peuvent desservir les intérêts des petits propriétaires. En effet, ces centaines de petites courses permettent à bien des petits propriétaires et des professionnels modestes de survivre encore un peu, et si on leur enlève ce gagne-pain, cela risque de leur être fatal. Comme on le voit, l'affaire n'est pas simple, et il faut bien réfléchir aux conséquences qui peuvent concerner aussi bien les propriétaires que les turfistes : les uns ont besoin des autres, chacun est capable de le comprendre. Le débat est ouvert.

L'ANT sur facebook ! Victoire d'Amélie Foulon à Vichy : aidons les femmes jockeys !